L'atelier (la leçon)

Résumé de l'activité

Les enfants vont jouer l'histoire avec des costumes

Déroulement de la leçon

1 Bienvenue

2 Jeu du verset biblique

3 Histoire

4 Questions

5 Partage et prière

6 L'atelier

7 Rangement avec les enfants

Explication de l'atelier

Enfants de 6 à 8 ans

Préparation du moniteur
  • Demandez à une autre personne que vous, de lire le texte, sauf ce qui est en caractère gras.
Mot du moniteur

Vous allez vivre ce que tous les personnages ont vécu dans l’histoire !

Explication

Optionnel
Au préalable, vous pouvez faire des exercices d’échauffement avec les enfants, sur les émotions et gestes : Tu te mets face au mur et lorsque je te dis : « Un deux, trois : tu es en colère, tu te retournes et tu montres que tu es en colère. Puis, tu te retournes face au mur et je te redis une autre émotion etc. ».

Liste des émotions et autres  
Tu as peur, tu es malade, tu es fatigué, tu es triste, tu as mal, tu réfléchis, tu es content, tu es déçu, tu es surpris etc.

Positionnement
Les enfants sont debout en cercle et vous en faites partie.

Consignes aux enfants

  • Etends tes bras à l’horizontale, sur les deux côtés, tu ne dois pas toucher tes voisins.
  • Recule-toi un peu si nécessaire.
  • Baisse les bras.
  • Mime tous les gestes des personnages que je vais faire, pendant l’histoire.
  • Silence.
  • On commence.

Histoire

Les Philistins réunirent leurs troupes pour faire la guerre = faites le geste de se tenir droit et avec la main droite sur le côté de la tête comme à l'armée. Ils installèrent leur camp entre Soco et Azéka, à Ephès-Dammim = montrez une direction à droite. 

Saül et les hommes d'Israël se rassemblèrent aussi. Ils installèrent leur camp dans la vallée d'Ela = montrez une direction sur la gauche.

Les Philistins se tenaient sur une montagne = montrez une montagne à droite et Israël sur celle d'en face = montrez une montagne à gauche : la vallée les séparait = faites une vallée avec votre main (un creux). 

Un homme sortit alors du camp des Philistins et s'avança entre les deux armées = faites deux pas en avant. Il s'appelait Goliath, venait de Gath et mesurait environ 3 mètres = élevez votre bras le plus haut posible. Il avait sur la tête un casque en bronze = mains sur la tête qui montrent un casque et il portait une cuirasse à écailles en bronze qui pesait près de 60 kilos, sur le ventre = montrez une cuirasse qui pèse lourd. Il avait des jambières en bronze = montrez vos jambes et tenait un javelot en bronze en bandoulière = passez avec votre main de l'épaule droite à la hanche gauche. Sa lance, en fer, pesait 7 kilos = montrez une lance lourde. Celui qui portait son bouclier marchait devant lui = montrez un bouclier. 

Le Philistin s'adressa aux troupes d'Israël. Il leur cria : « Pourquoi sortez-vous pour vous ranger en ordre de bataille ? Mains sur les hanches. Ne suis-je pas le Philistin = mettez votre menton en l'air et n'êtes-vous pas des esclaves de Saül ? Choisissez un homme qui descende contre moi = croisez vos bras l'air hautain ! S'il peut me battre et qu'il me tue = geste de tuer, et nous serons vos esclaves = montrez un enfant. Mais si je l'emporte sur lui = faire le V du vainqueur avec vos doigts et que je le tue = geste de tuer, vous serez nos esclaves = index qui vous montre ». Le Philistin dit encore : « Je jette aujourd'hui un défi à l'armée d'Israël = mettez un pied en avant la tête haute : donnez-moi un homme, pour que nous nous battions ensemble ! = riez de façon hautaine » En entendant ces paroles du Philistin, Saül et tout Israël furent effrayés et remplis de peur = montrez de la peur, de l'angoisse.

Isaï avait huit fils, dont David le plus jeune = mesurez une taille inférieure. A l'époque de Saül, Isaï était vieux = imitez une vieille personne. Les trois fils aînés d'Isaï avaient suivi Saül à la guerre = faites semblant de partir à la guerre en marchant sur place, avec une épée à la main : Eliab l'aîné, Abinadab le deuxième et Shamma le troisième. Quant à David, il faisait le va-et-vient, entre Saül pour lui jouer de la harpe = jouez de la harpe et pour garder les brebis de son père à Bethléhem = faites le cris des brebis.

Le géant Philistin s'avançait matin et soir, et il se présenta ainsi pendant 40 jours = avancez d'un pas, croisez vos bras et soyez hautain. 

Isaï dit à son fils David : « Prends des grains rôtis et ces 10 pains, porte aussi ces 10 fromages au chef de leur millier = mettez des vivre dans un sac et tu verras si tes frères se portent bien = tête qui dit oui. Ils sont avec Saül et tous les hommes d'Israël dans la vallée d'Ela = montrez une direction et ils font la guerre aux Philistins ».

David se leva de bon matin = baillez, étirez vos bras. Il laissa les brebis à un gardien, prit ses affaires = geste de prendre ses affaires et partit = tournez-vous sur la droite et marchez un tour de cercle entier, comme Isaï le lui avait ordonné.

Lorsqu'il arriva au camp, l'armée était en marche pour se ranger en ordre de bataille = marchez 10 pas sur place de manière raide et poussait des cris de guerre = poussez des cris de guerre. 

David confia les affaires qu'il transportait au gardien du matériel = geste de donner et courut vers les rangs de l'armée = tournez vous sur la gauche et courrez sur la gauche sur un demi cercle. Aussitôt arrivé, il demanda à ses frères comment ils allaient = faites semblant d'embrasser vos 2 frères sur la joue.

Soudain, le Philistin de Gath appelé Goliath s'avança entre les deux armées = avancez de 2 pas en avant comme si vous étiez un géant, hors des rangs des Philistins. Il tint les mêmes discours que les autres fois et David les entendit = main derrière l'oreille. 

A la vue de cet homme, tous les Israélites prirent la fuite et furent remplis de peur = reculez de 2 pas, abaissez-vous et ayez très peur. Chacun disait : Si quelqu'un le tue, le roi le comblera de richesses = yeux émerveillés, faites semblant de montrez un collier, il lui donnera sa fille = passez vos mains sur votre corps et libérera sa famille de tout impôt en Israël » = bras qui partent sur les côtés.

David demanda aux hommes qui se trouvaient près de lui : « Mains sur les hanches : Que fera-t-on pour celui qui tuera ce Philistin et qui écartera la honte d'Israël ? = l'air fâché : Qui est donc ce Philistin, cet incirconcis, pour insulter l'armée du Dieu vivant ? ». 

Eliab, le frère aîné de David, l'avait entendu parler à ces hommes, et il fut enflammé de colère contre lui = être très en colère. Il dit : « = mains sur les hanches Pourquoi es-tu descendu ici et à qui as-tu laissé ton petit troupeau dans le désert ? Je connais ton orgueil et la méchanceté de ton coeur = sourcils froncés. C'est pour voir la bataille que tu es descendu ? ». 

David répondit : « Qu'ai-je donc fait ? = l'air étonné. N'ai-je pas le droit de m'exprimer ? ». Il se détourna de lui = tournez vous sur le côté droit pour s'adresser à un autre et posa les mêmes questions. Le peuple lui répondit = comme la première fois = faites semblant de parler. Puis, remettez-vous droit.

Après avoir entendu les paroles prononcées par David = mains derrière l'oreille, on les répéta à Saül = mains comme un mégaphone sur la bouche, qui le fit venir. 

David dit à Saül : « Que personne ne se décourage à cause de ce Philistin = tête qui dit non. Moi, ton serviteur = index qui vous montre, j'irai me battre contre lui = montrez votre détermination ».

Saül dit à David : « Tu ne peux pas aller te battre contre ce Philistin = index qui dit non. Tu n'es qu'un enfant = montrez une taille inférieure, alors que lui, il est un homme de guerre depuis sa jeunesse = montrez une grande taille ».

David dit à Saül : « Ton serviteur gardait les brebis de son père = faites le cris de brebis. Quand un lion ou un ours venait pour en enlever une du troupeau, je courais après lui = courrez sur place, je le frappais = faites semblant de frapper l'ours et j'arrachais la brebis de sa gueule = geste d'arracher la brebis à l'ours et je le tuais = geste de tuer. L'Eternel m'a délivré de la griffe du lion et de la patte de l'ours, et il me délivrera aussi de ce Philistin = geste de tuer de cet incirconcis, car il a insulté l'armée du Dieu vivant = montrez le ciel ». Saül dit à David : « Vas-y donc = tête qui dit oui et que l'Eternel soit avec toi ! = geste de prière ».

Saül plaça sur la tête de David un casque en bronze = faites semblant de mettre un casque et le revêtit d'une cuirasse = mettez une cuirasse. David mit l'épée de Saül par-dessus ses habits = portez une épée, mais il dit à Saül : « Je ne peux pas marcher avec cette armure, je n'y suis pas habitué = tête qui dit non » Et il s'en débarrassa  = enlevez l'armure. 

Il prit en main son bâton = pour de semblant prennez un bâton puis il choisit dans le torrent cinq pierres lisses et les mit dans sa gibecière de berger et dans sa poche = pour de semblant prennez 5 pierres et placez-les dans les poches. Enfin, sa fronde à la main, il s'avança contre le Philistin = avancez-vous de 5 pas.

Le Philistin s'approcha peu à peu de David = faites un géant qui avance, et l'homme qui portait son bouclier marchait devant lui = imitez un homme derrière un bouclier qui avance. 

Le Philistin regarda David et, lorsqu'il l'aperçut, il le méprisa, car il ne vit en lui qu'un enfant roux à la belle apparence = faites des gestes et/ou dites des mots de mépris. Le Philistin dit à David = mains sur les hanches en colère « Suis-je un chien, pour que tu viennes à moi avec des bâtons ? ». Après l'avoir maudit par ses dieux, il ajouta : « Viens vers moi = index qui dit vient, que je donne ta chair à manger aux oiseaux du ciel et aux bêtes des champs ! » = riez.

David dit au Philistin : « Tu marches contre moi avec l'épée, la lance et le javelot ; moi, je marche contre toi au nom de l'Eternel = montrez le ciel, le maître de l'univers, au nom du Dieu de l'armée d'Israël que tu as insultée. Aujourd'hui l'Eternel = montrez le ciel va te livrer entre mes mains. Je t'abattrai = geste d'abattre et je te couperai la tête = faites une épée qui coupe la tête. Aujourd'hui je vais donner les cadavres du camp des Philistins = montrez une direction du camp aux oiseaux du ciel et aux bêtes sauvages. Toute la terre saura alors qu'Israël a un Dieu = index dirigé vers le ciel, et toute cette assemblée saura que ce n'est ni par l'épée = index qui dit non ni par la lance = index qui dit non que l'Eternel sauve. En effet, la victoire appartient à l'Eternel = index qui montre le ciel et il vous livre entre nos mains ».

Dès que le Philistin se mit à marcher vers lui, David courut sur le champ de bataille à sa rencontre = courrez sur place. Il prit à sa gibecière, une pierre et la lança avec sa fronde = pour de semblant, lancez un cailllou avec une fronde. Il frappa le Philistin au front et la pierre s'y enfonça = imitez la pierre qui s'enfonce dans le frint du géant qui a mal et crie.

Le Philistin tomba le visage contre terre = tombez par terre. Ainsi, avec une fronde et une pierre, David fut plus fort que le Philistin = faites le V de la victoire avec la main ; il le frappa et le mit à mort sans avoir d'épée à la main = index qui dit non. 

Il courut, s'arrêta près du Philistin et prit son épée en la tirant du fourreau et lui coupa la tête = geste de couper la tête. Voyant que leur héros était mort, les Philistins prirent la fuite = tournez-vous et courrez jusqu'au mur de la salle. Revenez en cercle

Les hommes d'Israël et de Juda se levèrent, poussèrent des cris = poussez des cris de victoire et poursuivirent les Phillistins jusque dans la vallée et jusqu'aux portes d'Ekron. Les Philistins blessés à mort tombèrent = tombez par terre. 

Lorsque Saül avait vu David marcher à la rencontre du Philistin, il avait dit à Abner, le chef de l'armée : « De qui ce jeune homme est-il le fils, Abner ? = mains sur les hanches  » Abner avait répondu : « Aussi vrai que ton âme est vivante, roi, je l'ignore » = haussement d'épaules, et paumes de mains tournées vers le haut.

Saül dit : « Informe-toi donc pour savoir de qui ce jeune homme est le fils » = montrez une direction.

Quand David fut de retour après avoir tué le Philistin, Abner le conduisit devant Saül = mains qui présente David.

David tenait à la main la tête du Philistin = faites semblant de tenir la tête lourde du géant. Saül lui dit : « De qui es-tu le fils, jeune homme ? » Mains  sur les hanches. Et David répondit : « Je suis le fils de ton serviteur Isaï, le Bethléhémite » = s'agenouiller d'une jambe.

Ce même jour, Saül retint David, et ne le laissa pas retourner dans la maison de son père = index qui dit non.

David avait délivré le peuple d'Israël de la mains des Philistins ! = éclatez de joie ! Faites le V de la victoire avec les mains.

 

Enfants de 9 à 12 ans

Préparation du moniteur 
  • Le moniteur aura les différentes marionnettes pour chaque enfant. On peut prendre des objets de cuisine, instruments de musique, des bouts de bois, à la place des marionnettes (louches, cuillères en bois, grandes cuillères etc. et leur coller des yeux en plastique, ça peut être très drôle !).
  • Le moniteur photocopie le scénario pour chaque enfant du groupe des grands. Il pourra souligner en couleur le texte de leur personnage
  • Il photocopiera l'histoire : pour un enfant qui fera le narrateur ou un aide moniteur et pour lui même
Mot du moniteur

 Vous allez jouer ce que David a vécu !

Explication

Consignes

  • Choisis ton rôle.
  • Mets un costume correspondant à ton personnage.

Une équipe peut dessiner des décors sur une grande fresque.

Pour les plus jeunes, vous lirez le texte avec émotion, suspense, ton et dialogues, pour essayer de retransmettre quelque chose de vivant pour que les enfants jouent le mieux possible.

Pour les plus grands, donnez-leur le script, afin qu'ils lisent eux même leur personnage.
Scénario

Narrateur : Il était une fois, un berger.

David : Ah ! C'est si calme et si paisible ici aujourd'hui, dans les champs, quelle aubaine ! Moi, qui veille sur les brebis de mon père. Parfois, c'est bruyant et orageux. D'autre fois, j'entends les lions qui rugissent et j'entends les ours qui grognent ! C'est alors vraiment effrayant ! Mais je me souviens toujours que le Seigneur mon Dieu est avec moi pour me protéger ! Je n'ai pas à avoir peur !

Narrateur : Ce berger s'appelle : David. Il veille sur les moutons avec soin. Il les compte souvent. Il appelle tous les moutons. Mais, il est non seulement un berger, il est aussi un musicien ! Il aime jouer avec sa harpe. Les collines autour de Bethléem sont un bel endroit pour se reposer un peu. Il aime beaucoup composer des chansons qui loue Dieu pour la gloire de sa création.

David : Parfois, quand je joue de la harpe, il semble presque que les moutons dansent !

Narrateur : David chante

David : "A toi, ô Dieu qui résides à Sion, va notre attente confiante, notre louange. Pour toi, nous accomplirons nos voeux.
Toi qui écoutes la prière, tous les hommes viendront à toi.
Tu arroses ses sillons, tu aplanis ses mottes, tu la détrempes par des pluies, tu bénis ses pousses. 
Tu couronnes l'année de tes biens, et ton passage apporte l'abondance ;
les plaines du désert sont arrosées et les collines sont entourées d'allégresse ;
les pâturages se couvrent de brebis et les vallées se revêtent de blé. Les cris de joie et les chants retentissent".

(Psaume 65: 1-2a, 9, 11-13)

Mouton : Bêêêê, bêêê, bêêêê !

Narrateur : Mais les collines autour de Bethléem sont également un endroit dangereux. Surtout si vous êtes un mouton. Il y a des vallées rocheuses et des buissons épineux où un mouton pourrait se perdre. Et il y a des lions et des ours. David n'a jamais hésité à mettre sa propre vie en danger pour sauver un agneau.
Soudain, lors d'un soir tranquille, David entend un bruit ! (Rugissement de lion : "grrrrr").

David : (se dit) C'est le bruit d'un lion !

Mouton : (paniqué) bêêêêê ! 

Narrateur : David est un jeune homme courageux. Il a déjà fait face à des lions et des ours avant. Mais il sait assez faire preuve de prudence et a un peu peur. David prie.

David : Protège-moi, ô Dieu ! Je me fie à toi pour ma sécurité.
Je dis au Seigneur: "Tu es mon Seigneur; toutes les bonnes choses viennent de toi".
Toi, Seigneur, tu es tout ce que j'ai, et vous me donne tout ce qu'il faut;
mon avenir est entre tes mains.
Je suis toujours conscient de ta présence Seigneur;
tu es proche, et rien ne peut m'ébranler.
Et donc je suis reconnaissant et heureux,
et je me sens tout à fait sûr, parce que tu me protèges de la puissance de la mort.
Je t'ai servi fidèlement,
et tu ne m'abandonnes pas au monde des morts.
Tu me montres le chemin qui mène à la vie;
ta présence me remplit de joie et me donne du plaisir pour toujours.
Amen.

(Psaume 16: 1-2, 5, 8-11)

Mouton : Bêêê, bêêê, bêêê...amen !

Narrateur : David pose sa harpe, ramasse son bâton de berger et court en bas de la colline, crie au lion, qui a maintenant un agneau dans ses mâchoires. David saisit le lion par la gorge et le bat à mort. David sauve l'agneau qui court retrouver sa mère. Il a pris la peau du lion chez son père Jessé, ce soir-là. 

David : Père, j'ai tué un lion.

Jesse : Tu es un bon berger !

David : Dieu était avec moi.

Narrateur : David était le plus jeune des huit fils. Ses trois frères aînés, Éliab, Abinadab et Chamma, étaient partis pour rejoindre le roi Saül dans la bataille contre les Philistins. Autant, David aimait aller dans les champs pour veiller sur ses brebis en chantant et louant Dieu, autant, il voulait être dans la vallée de Elah avec Saül et l'armée d'Israël.

David : Père, permet-moi de me joindre à mes frères Éliab, Abinadab, et Shamma au service du roi Saül.

Jesse : David, tu sais, nous avons discuté de cela avant, et ma réponse n'a pas changé. Non, tu es trop jeune. Je ne veux pas en entendre davantage à ce sujet.

David : Mais Papa ! Tous les autres enfants vont à la guerre !

Jesse : David, c'est non !

David : (déçu) Oui, Père.

Narrateur : David est un fils obéissant. Il ne redemande pas à son père, d'aller avec ses frères de nouveau. Mais, cela ne veut pas dire qu'il cesse de penser à aller au combat pour son Dieu et son roi. Puis, un jour, l'inattendu se produit.

Jesse : Fils, ça fait un moment que nous n'avons pas eu des nouvelles de tes frères ! Prends ces grains et du pain et apporte-leur dans le camp. Prends ces fromages et découvrez comment tes frères font et s'ils se portent bien. Et puis revient à la maison avec des nouvelles.

David : Oui, père Je te remercie ! je vais y aller ! Merci !

Narrateur : David part avec de la joie dans son cœur et une chanson sur ses lèvres.

David : "O Seigneur, mon Seigneur, ta grandeur est considérée dans le monde entier !
Ta louange atteint jusqu'aux cieux;
elle est chantée par les enfants et les bébés.
Vous êtes sûr et sécurisé de tous vos ennemis;
tu arrêtes quelqu'un qui vous oppose.
Quand je regarde le ciel, que tu as fait,
la lune et les étoiles que tu as définies dans leurs lieux 
Qu'est-ce donc l'homme, pour que tu penses à lui;
un simple homme, que tu te soucies de lui?"

(Psaume 8: 1-4)

Narrateur : Pendant ce temps, dans le camp de l'armée Philistin, qui domine le champ de bataille...

Soldat Philistin 1 : C'est pas possible, ça fait depuis quarante jours qu'on est ici et rien n'a bougé ? 

Soldat Philistin 2 : Si seulement toutes les guerres étaient si faciles.

Soldat Philistin 1 : Ouais. Où ont-ils trouvé que grand gaillard ?

Soldat Philistin 2 : Tu veux dire Goliath ? Il est de Gath. Je n'ai jamais vu personne aussi grand avant. Sais-tu qu'il fait 2 mètres 90 de hauteur ?

Soldat Philistin 1 : Mais ou a-t-il trouvé son armure ? Elle doit peser plus que moi. En plus, il a un casque, un javelot et une lance. Il est non seulement grand, mais il est fort ! Je suis heureux de ne pas être un Israélite.

Soldat Philistin 2 : Les soldats d'Israël ne sont pas beaucoup ! Aucun d'eux ne veut lutter contre Goliath ! Ça fait quarante jours que ça dure ! Et leur roi ... Comment s'appelle-t-il déjà ? 

Soldat Philistin 1 : Le roi Saül. Il est le premier roi qu'ils n'aient jamais eu.

Soldat Philistin 2 : Eh bien, cela explique beaucoup de chose ! Je ne sais pas pourquoi il n'ordonne pas à quelqu'un pour le combattre Goliath et en finir ? Je n'espère pas rester ici, encore des jours et des jours !

Soldat Philistin 1 : Peut-être pensent-ils que s'ils attendent assez longtemps, nous allons oublier de combattre et que nous rentrerons à la maison ?

Soldat Philistin 2 : Ou de mourir de vieillesse ! Ah ! Ah ! Ah !

Soldat Philistin 1 : Ouai, peut-être !

Narrateur : Tout n'est pas calme et reposant dans le camp de l'armée de l'Israélite ! Écoutons un des frères de David et leurs camarades d'armes.

Eliab : Deux fois par jour, ce géant crie et ça fait quarante jours maintenant qu'on l'entend !!!

Abinadab : Je ne suis pas sûr de supporter de l'entendre nous crier dessus encore longtemps !

Shamma : J'aimerai bien être à la maison avec David, à garder les moutons.

Eliab : Shamma ! Comment peux-tu dire une chose pareille ! Tu sais, il est de notre devoir et un honneur, de servir dans l'armée du roi Saül.

Abinadab : Je ne suis pas sûr que je serve à une cause merveilleuse !

Eliab : Abinadab ! Surveille ton langage. Tu sais que nous sommes ici pour ...

David entre sur scène.

David : Eh ! Éliab, Abinadab, Chamma ! Bonjour ! J'ai apporté un peu de nourriture pour vous de papa. Comment allez-vous ?

Shamma : Qu'est-ce que tu nous as apporté ? Une Pizza ? Un gâteau avec des pépites de chocolat ?

Abinadab : Shutttt ! Silence ! Voici Goliath !

Goliath : Criant d'une voix forte : Je suis Goliath, le Philistin. Choisissez l'un de vos hommes pour me battre. S'il gagne en me tuant, tous les Philistins seront vos esclaves. Mais s'il gagne en me tuant, vous Israélites serez nos esclaves. Je mets au défi l'armée d'Israël ! Je te défie de choisir quelqu'un pour me battre !

David : Que recevra l'homme qui tue ce géant ? Et qui est cet homme qui ose défier l'armée du Dieu vivant ?

Soldat Israélite : Le roi Saül a promis de donner une grosse récompense à l'homme qui tue Goliath ! Le roi donnera sa fille en mariage. Et la famille de l'homme n'aura plus à payer d'impôts.

Eliab : David, qu'est-ce que tu fais ici ? Qui prend soin des moutons ? Tu es juste venu jusqu'ici pour regarder les combats ?

David : Qu'ai-je fait ? Je ne peux pas poser une question ?

Narrateur : Certains des soldats entendent ce que David demande et court le dire au roi Saül.

Soldat Israélite : Roi Saül ! Il y a ici un jeune homme qui dit être prêt à combattre le géant !

Le roi Saül : Qu'est-ce que vous attendez ? Amenez-le moi !

Narrateur : David est conduit dans la tente du roi Saül. Il salue le roi.

David : Votre Majesté, personne ne devrait avoir peur de ce monstre Philistin ! Je vais me battre !

Le roi Saül : Non, mon garçon ! Comment pourrais-tu le combattre ? Tu es inexpérimenté ! Lui, il a été soldat toute sa vie !

David : Votre Majesté, je prends soin des brebis de mon père. Chaque fois qu'un lion ou l'ours emporte un agneau, je l'attaque et le sauve. J'ai tué l'ours. Juste cette semaine, je tué un lion. Je vais faire la même chose à ce Philistin, qui a insulté l'armée du Dieu vivant. Le Seigneur m'a sauvé des lions et des ours ; Il va me sauver de ce Philistin.

Le roi Saül : Très bien. Allez, et le Seigneur soit avec toi. Prend mon armure.

Narrateur : David met l'armure et le casque du roi Saül et reçoit son épée. Mais il n'était pas à l'aise avec !

David : WOOOFF ! Je ne peux pas marcher avec ça ! Je peux à peine tenir debout ! Je ne peux pas me battre avec cela. Je n'y suis pas habitué.

Narrateur : Il enlève l'armure. Et il prend son bâton de berger et se dirige vers le champ de bataille, il s'arrête vers un ruisseau. Les Israélites se taisent et regarde David qui lève les yeux vers le ciel, puis, s'abaisse pour ramasser quelque chose par terre et le mettre dans son sac. Cela ressemble à des cailloux. Avec sa fronde de côté, il va à la rencontre de Goliath.

David : "O Seigneur, mon défenseur, je te demande.
Ecoute mon cri !
Si tu ne me répond pas,
Je serai parmi ceux qui descendent dans le séjour des morts.
Écoutes-moi quand je crie à toi,
quand je lève mes mains vers ton saint Temple.
Louez le Seigneur, il a entendu mon cri.
Le Seigneur me protège et me défend;
Je lui fais confiance.
Il me donne de l'aide et me rend heureux;
Je le loue avec des chansons joyeuses".

(Psaume 28: 1-2, 6-7)

Goliath : Hé, regardez ! Wooof ! Ils ont finalement envoyé un petit minus pour me battre !

Narrateur : Goliath commence à marcher vers le centre du champ de bataille.

Goliath : Mais c'est un gamin qui vient pour combattre contre moi ! Non mais, moi un géant contre ce...ce minable ! Quel affront !

Narrateur : Goliath s'adresse à David

Goliath : Penses-tu que je suis un chien ? Viens te battre petit ! Je vais nourrir les oiseaux avec ton ton corps mort. Ah ! Ah ! Ah !

David : Il est vrai que tu viens contre moi avec des armes puissantes. Mais je viens contre toi au nom du Seigneur Tout Puissant, le Dieu de l'armée d'Israël, que tu as insulté. Ce jour-ci le Seigneur te mettra en mon pouvoir et je vais te couper la tête. Ensuite, tout le monde saura qu'Israël a un Dieu. Et tout le monde ici verra que le Seigneur n'a pas besoin d'épées ou de lances pour sauver son peuple. Il est victorieux dans la bataille! Il te mettra en mon pouvoir !

Narrateur : Pendant ce temps les frères de David discutent entre eux !

Eliab : Ce n'est pas notre petit frère David là-bas ? 

Shamma : Je ne peux pas regarder ça ! À vous de me dire ce qui va lui arriver ! Pauvre David !

Abinadab : David court vers Goliath. Il prend quelque chose dans sa gibecière. 

Éliab : C'est une pierre. Peux-tu le croire ? Notre frère le berger pense que Goliath est un ours, il veut l'effrayer avec une petite pierre.

Shamma : Oh, je ne peux pas regarder ça ! Qu'est-ce qui se passe maintenant ?... Est-il mort ? 

Abinadab : Regarde ! Regarde ! Il a mis la pierre dans sa fronde et pouvez-vous le croire ? Il a visé Goliath et ... paf ! C'est pas croyable ! David a visé en plein milieu de son front ! Goliath tombe par terre ! Il raide mort ! 

Shamma : Hein ? Ce n'est pas possible ! 

Eliab : Regarde le petit David ramasse l'épée de Goliath.

Abinadab : Regarde, regarde, il a ... coupé la tête de Goliath avec l'épée de 7 kilos de Goliath. Notre petit frère ! Et regarde, tous les Philistins s'enfuient. Youhou ! David a réussi ! Notre petit frère à réussi !

Narrateur : Après avoir tué Goliath, David chante un cantique de reconnaissance à Dieu

David : "L'Eternel est mon rocher, ma forteresse, mon sauveur ;
mon Dieu est mon rocher, où je trouve la protection.
Il est mon bouclier, la force de mon salut, et ma forteresse,
ma haute, mon sauveur, celui qui me sauve de la violence ".

(2 Samuel 22: 2b-3)

Narrateur : David a vaincu Goliath avec l'aide de Dieu. Tout le peuple d'Israël est heureux! Ils ont gagné la bataille, grâce à David. Le peuple Philistin a fui, tellement il a eu peur !
En vous savez quoi ? en plus, David s'est marié avec la fille du roi Saül ! Il a même servit le roi Saül à son Palais.

Matériel
  • Personnages
  • Narrateur
  • David
  • Mouton
  • Jesse (père de David)
  • Soldat Philistin 1
  • Soldat Philistin 2
  • Eliab (le plus ancien frère de David)
  • Abinadab (deuxième frère de David)
  • Shamma (troisième frère de David)
  • Soldat Israélite
  • Goliath
  • Le roi Saül
  • Accessoires
  • Costumes pour différents personnages
  • Une fronde
  • 5 cailloux
  • Des armures
  • Un sac de nourriture
  • Une petite échelle pour faire le géant Goliath
  • Un grand tissu pour recouvrir l'échelle
Valeur de foi (objectif)
A choisir en cliquant sur imprimer
Prière créative
A choisir en cliquant sur imprimer
Jeux du verset biblique
A choisir en cliquant sur imprimer
Top