Questions

1. Pourquoi se baser uniquement sur les histoires au détriment de thèmes bibliques ?

Les enfants de cet âge, n’ont pas encore la maturité nécessaire pour comprendre des thèmes qui sont abstraits pour eux. Ils ont besoin de "concret" et c’est au travers de personnages bibliques qu’ils peuvent en comprennent mieux le sens.

C'est au travers des histoires bibliques que l'on retrouve les grands thèmes spirituels. Nos chères têtes blondes ou brunes apprennent, comprennent et intègrent mieux un récit biblique, qu’une "idée" ou un "concept", sans un exemple à s’approprier.

Pour rejoindre les enfants, il faut être visible et pratique, quoi de plus concret qu’une histoire biblique avec des personnages auxquels s'identifier et de surcroît "éprouvée" ou illustrée par un atelier ?

Pour nous, les thèmes sont plus adaptés pour les adolescents qui entrent dans une phase de remise en question sur beaucoup de choses apprises et en sont friands ! Ils sont entrés dans cette phase d’abstrait. Ils ont un sens critique plus développé qui leur permet de réfléchir, d’amener une pensée et discuter au travers de débats intéressants.

2. Pourquoi répéter une histoire pendant un mois entier ?

Nous voulons développer "une mémoire spirituelle" des enfants, sur le long terme. Et c’est au travers de la répétition que l’histoire est approfondie, au travers d’une histoire, sont ressorties 4 à 6 "valeurs essentielles de foi", donc, 4 à 6 messages que nous voulons que les enfants découvrent et retiennent. Cela ne pourrait pas être abordé, ni approfondi, si chaque dimanche on changeait d’histoire.

La répétition permet également de ne pas manquer une histoire, en cas d’absences.

3. Pourquoi seulement 60 histoires et pas plus ?

Parce que nous voulons que les enfants découvrent des histoires vraiment à fond et sous plusieurs angles différents, plutôt que de les survoler. Ils développent ainsi une meilleure mémoire spirituelle et impact sur leur vie.

Les histoires sont choisies en fonction de leur importance. Les grands thèmes comme, la confiance en Dieu, le partage, l’amour de Dieu, etc... se trouvent ainsi mis en valeur.

Aussi, les enfants qui ne viennent pas souvent, ne la louperont pas, vu qu'elle est là pour 4 dimanches d'affilées.

4. Pourquoi des ateliers comme les bijoux, l'origami, la sculpture et la peinture sont séparés, alors qu'ils pourraient être regroupés sous la catégorie du "bricolage" ?

L'atelier bricolage étant très prisé des moniteurs, nous avons préféré offrir plusieurs possibilités d'ateliers, permettant d'avoir un large éventail d'opportunités.

5. Est-ce que les enfants en-dessous de 6 ans peuvent suivre les ateliers de la Bible ?

Leur âge ne permet pas la lecture, ce qui pose problème lors de recherche du texte dans la Bible ainsi que l’apprentissage des versets biblique, même par le jeu. Aussi, ils n'ont pas la maturité nécessaire pour les changements de salles, ce qui les déstabilisent.

Mais, il est possible de s’inspirer « des idées d’ateliers », en les simplifiant, pour les pratiquer comme activités.

6. Est-ce que les ateliers sont adaptés pour les 13 ans et plus ?

Non, en fait, spontanément les enfants de cet âge ne veulent plus faire les ateliers. Ils considèrent que ce n’est plus de leur âge. Néanmoins, si aucune activité n'est prévue pour eux dans votre église, ils peuvent continuer à venir s'ils le désirent encore.

Ils aiment mieux que l'on réponde à leurs questions sur des thèmes qui les préoccupent et non des histoires bibliques. C’est le moment de leur parler sur différents sujets, comme la prière, le salut, la vie après la mort, l'amitié, la mode, etc...

D'ailleurs, plusieurs enfants de 12 ans, veulent passer à autre chose !

7. A l'ère de l'informatique, des jeux vidéo et autres, est-ce que les ateliers intéressent les enfants ?

Oui, car ce qu'on leur propose, ils ne le trouvent en générale pas ou très peu à l'école et la maison.
Ils aiment participer, être actifs ! C'est aussi un âge où les échanges sont intéressants, lors du moment de partage. La valeur de foi est souvent mieux comprise.

Aux Etats-unis des ateliers informatiques sont mis sur pied. Cela est tout-à-fait envisageable, mais demande d'avoir plusieurs ordinateurs dans une pièce qui fonctionnent bien et surtout des programmes de jeux sur les histoires bibliques. 

Dans notre église je ne l'ai pas établis, car les enfants en possèdent déjà des ordinateurs et autres à la maison et passent souvent énormément de temps dessus. Les nombreux autres ateliers apportent alors quelque chose de plus manuel et aussi attractif.

8. Est-ce que les ateliers ont été tous pratiqués dans votre église ?

Non, seulement quatre par histoire ont été exécutés. Mais, ils sont tous expliqués dans les détails pour les réaliser. Néanmoins, il se peut que des adaptations doivent être faites pour les réussir. 

9. Est-ce que les ateliers sont faits pour de grands groupes d'enfants ?

Nous ne l'avons pas testé au-delà de 16 enfants par groupe ! Néanmoins, cela vaudrait la peine de réfléchir à comment rendre actifs des enfants en grand nombre. Car les "Ateliers de la Bible" répondent à leur besoin d'éprouver par eux-mêmes, d'être en action ! 

L'avantage avec de grands groupes, c'est que les enfants pourraient confectionner des pâtisseries salées, sucrées, des arrangements floraux et autres en grand nombre, qui pourraient être vendus en fin de culte, au profit d'oeuvres missionnaires, de camp, de parrainage, d'un évènement ou d'un projet particulier etc. mais cela demande une grande préparation logistique et organisationnelle.

En les répartissant par petits groupes, les enfants pourraient vivre "une rotation d'ateliers", pendant 4 semaines : comme les jeux, l'origami, l'écologie, la chorégraphie, la télévision, la musique, le light painting, le théâtre, etc...

Top