L'histoire

Le naufrage de Paul à Malte

Description

Paul prisonnier part en mer

Référence de l'histoire

Verset biblique

Christ a souffert pour vous, il vous a montré le chemin, pour que vous suiviez ses traces

Objectifs (Valeurs de foi)

1
Dieu se soucie de nous dans de nombreuses situations difficiles.
Montrez dans l'histoire
que Dieu s'est soucié de Paul et les hommes du bateau afin de les avertir du danger, puis de les encourager en leur disant qu'ils allaient tous réchapper du naufrage.
Valeur pour moi aujourd'hui
Dieu se soucie de moi dans de nombreuses situations difficiles que je vis. Il veut m'avertir du danger et m'encourager aussi. Est-ce que j'y suis attentif/ve ?
2
Dieu nous conduit dans des chemins que nous n'avons pas choisis, pour accomplir sa mission.
Montrez dans l'histoire
que Paul a été conduit a faire de nombreux voyages guidés par le Saint-Esprit afin de toucher des gens en leur parlant de Jésus.
Valeur pour moi aujourd'hui
Dieu a une mission pour moi, qui va se traduire parfois par des chemins un peu spéciaux que je n'aurais pas choisi, mais me permettant de rencontrer des personnes ayant besoin de connaître Christ.
3
Dieu nous montre Sa volonté, suivons-la, c'est la meilleure chose à faire.
Montrez dans l'histoire
que les gens du bateau nous voulaient pas écouter Dieu par l'intermédiaire de Paul. Ils ont placé leur confiance dans le capitaine du navire et malheureusement le bateau a coulé, mais ils ont suivi ce que Paul a dit un peu plus tard.
Valeur pour moi aujourd'hui
Lorsque Dieu me montre Sa volonté, la meilleure chose à faire c'est de suivre ses directives sinon nous échouerons tôt ou tard. Plaçons notre foi en Dieu malgré le circonstances.
4
Nous sommes des missionnaires pour Dieu avec nos compétences, dans notre quotidien.
Montrez dans l'histoire
Paul est devenu missionnaire, il a fait de nombreux voyages avec différents disciples aussi et tous ont pu parler de Jésus aux autres.
Valeur pour moi aujourd'hui
Je suis missionnaire de Dieu avec mes compétences et devant les personnes que je rencontre dans mon quotidien.
5
Dieu dans son amour nous aime et nous secourt, alors même que nous subissons les conséquences des mauvais choix d'autres personnes.
Montrez dans l'histoire
que Paul va encourager les marins alors qu'ils pensaient mourir sur le bateau. Paul les a fortifié et montré que Dieu seul est leur secours.
Valeur pour moi aujourd'hui
Dieu dans son amour me secourt, même si je subis les conséquences du mauvais choix des autres personnes.
6
Dieu nous donne des occasions de parler de Jésus. Est-ce que je me tais ? Où ai-je l'audace comme Paul de parler d'un Dieu vivant qui fait des miracles ?
Montrez dans l'histoire
que Paul a toujours pris chaque occasion pour parler de Jésus autour de lui, dans ses voyages, dans les bateaux, dans les villes, en prison. Il n'a jamais fermé la bouche.
Valeur pour moi aujourd'hui
Dieu me donne des occasions de partager Jésus autour de moi, vais-je parler ou me taire ?
7
Parfois il arrive que la présence d’un chrétien peu changer et sauver des vies par une révélation spéciale en donnant des consignes à suivre.
Montrez dans l'histoire
que Dieu a sauvé l’équipage, les passagers, les prisonniers à grâce à Paul et de ses compagnons, afin d’accomplir sa mission prophétisée.
Valeur pour moi aujourd'hui
Je peux être appelé à vivre parmi des non croyants, afin que leur vies soient changées et sauvées.

Questions

Pourquoi Paul est un missionnaire ? Parce qu'il a reçu Christ et Dieu lui a montré par le Saint-Esprit où propager cette bonne nouvelle autour de lui, mais aussi ailleurs dans le monde
De quel endroit Paul part-il pour son dernier voyage et où accoste-il ? De Damas à Rome
Est-ce que cela dérange les juifs (qui ne croient pas en Jésus) que Paul parle de Christ ? Oui, à cause de cela, il va être arrêté à Jérusalem et envoyé à Rome, livré entre les mains des Romains pour le juger.
Combien il y avait-il de personnes à bord du bateau ? 276
Sur qu'elle île se sont-ils échoués saint et sauf ? L'île de Malte

Le naufrage de Paul

Introduction

Conversion de Paul environ en 34, 30 ans plus tard c’est le naufrage !

2 Corinthiens 11:25 trois fois j’ai été battu de verges, une fois j’ai été lapidé, trois fois j’ai fait naufrage, j’ai passé un jour et une nuit dans l’abîme.

Avant d’aller à Rome, Paul fut emprisonné pendant 2 ans à Césarée. Le voyage dura plus de 6 mois (y compris le naufrage qui dura 3 mois sur Malte). Il resta 2 ans à Rome Acte 28 :30 avant le procès, qui a fini par une condamnation du temps de Néron ?

La durée de cet épisode de la vie de Paul depuis Jérusalem jusqu’à son procès dure environ 4, 5 ans soit environ 1/6 de sa vie chrétienne.

2 Timothée 4:7 J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi.

Le départ pour Rome est probablement en 59 et l’arrivée dans le courant de l’année 60 !

Hypothèse d’un deuxième voyage à Rome : Départ de Paul de Rome, en 62, voyage en Espagne selon Clément de Rome (AJC96) ‘Pères de l’Eglise’

Persécution de Néron en 64

Mort de Paul dans une 2ème captivité à Rome entre 67-8 Rédaction de I et II Timothée, Tite Hébreux (si c’est Paul ?)

Les compagnons de Paul durant le voyage :

Actes 27:2 Nous (avec Luc) montâmes sur un navire d’Adramytte, qui devait côtoyer l’Asie (Turquie), et nous partîmes, ayant avec nous Aristarque, Macédonien de Thessalonique.

Colossiens 4:10 Aristarque, mon compagnon de captivité, vous salue, ainsi que Marc (jean-Marc), le cousin de Barnabas, au sujet duquel vous avez reçu des ordres s’il va chez vous, accueillez-le ;

Philémon 1:24 ainsi que Marc, Aristarque, Démas, Luc, mes compagnons d’œuvre.

Ephésiens et Colossiens Philémon, Philippiens écrit en même temps de Rome ! Ecrits réalisés en été 62 au milieu de la captivité Ou 68 (Hypothèse de la deuxième captivité)

Avertissement de l’arrestation de Paul 

Actes 21 :4 (escale à Tyr pour déchargement) Comme nous avons trouvé des disciples, nous sommes restés 7 jours avec eux. Poussés par l’Esprit, les disciples disaient à Paul de ne pas monter à Jérusalem

Actes 21 : 8 Nous sommes repartis le lendemain pour Césarée. Là, nous sommes entrés chez Philippe l’évangéliste, qui était l’un des sept, et nous avons logé chez lui. 9 Il avait quatre filles vierges qui prophétisaient.10 Nous étions là depuis plusieurs jours lorsqu’un prophète du nom d’Agabus est descendu de Judée11 et est venu nous trouver. Il a pris la ceinture de Paul, s’est attaché les pieds et les mains et a dit: « Voici ce que déclare le Saint-Esprit: ‘L’homme à qui appartient cette ceinture, les Juifs l’attacheront de la même manière à Jérusalem et le livreront entre les mains des non-Juifs.’ » 12 En entendant cela, nous-mêmes et les croyants de Césarée, nous avons supplié Paul de ne pas monter à Jérusalem.13 Il a alors répondu: « Que faites-vous là à pleurer et à me briser le cœur? Je suis prêt non seulement à être emprisonné, mais encore à mourir à Jérusalem pour le nom du Seigneur Jésus. »14 Comme il ne se laissait pas persuader, nous n’avons pas insisté et avons dit: « Que la volonté du Seigneur soit faite! »

Circonstances de l’arrestation : (Jacques demi-frère de Jésus très fidèle à la Loi de Moïse)

Actes 21 :18 Le lendemain, Paul se rendit avec nous chez Jacques, et tous les anciens s’y réunirent.

19 Après les avoir salués, il raconta en détail ce que Dieu avait fait au milieu des païens par son ministère. 20 Quand ils l’eurent entendu, ils glorifièrent Dieu. Puis ils lui dirent : Tu vois, frère, combien de milliers de Juifs ont cru, et tous sont zélés pour la loi.21 Or, ils ont appris que tu enseignes à tous les Juifs qui sont parmi les païens à renoncer à Moïse, leur disant de ne pas circoncire les enfants et de ne pas se conformer aux coutumes.22 Que faire donc ? Sans aucun doute la multitude se rassemblera, car on saura que tu es venu.23 C’est pourquoi fais ce que nous allons te dire. Il y a parmi nous quatre hommes qui ont fait un vœu ;24 prends-les avec toi, purifie-toi avec eux, et pourvois à leurs dépenses, afin qu’ils se rasent la tête. Et ainsi tous sauront que ce qu’ils ont entendu dire sur ton compte est faux, mais que toi aussi tu te conduis en observateur de la loi.

Bonnes intentions de départ mais il y a eu un malentendu qui a abouti à l’arrestation Paul.

Actes 23 : 10 Comme le débat devenait vif, le commandant eut peur que Paul ne soit mis en pièces par ces hommes, et il ordonna aux soldats de descendre pour l’enlever du milieu d’eux et le conduire à la forteresse. 11 La nuit suivante, le Seigneur apparut à Paul et dit: « Prends courage, |Paul|: de même que tu as rendu témoignage de ce qui me concerne à Jérusalem, il faut aussi que tu rendes témoignage à Rome. » 12 Le jour venu, quelques Juifs formèrent un complot et s’engagèrent, sous peine de malédiction contre eux-mêmes, à ne rien manger ni boire tant qu’ils n’auraient pas tué Paul.13 Ceux qui formèrent cette conspiration étaient plus de 40.

  • Chaque citoyen Romain avait le droit de demander d’aller au tribunal à Rome (Comme nous au tribunal fédéral)
  • Départ de Paul à Césarée, capitale romaine de la Palestine (Débaptisé du nom d’Israël par les romains)
  • En prison pendant 2 ans (Félix le procurateur et Drusille (Juive) attendait le payement d’une rançon !)
  • Nouveau gouverneur Porcius Festus, veut l’envoyer à Jérusalem pour être jugé par le Sanhédrin, peine de mort à 100 %. Pas le choix Paul veut faire valoir sa citoyenneté romaine et en appel au tribunal de Rome ! (c’est son droit !)

Voyage vers Rome

Actes 27 :10 « Mes amis, je vois que la navigation ne se fera pas sans dommages et qu’il y aura beaucoup de pertes, non seulement pour la cargaison et pour le bateau, mais encore pour nous-mêmes. » 11 Mais l’officier se fiait plus au capitaine et au patron du bateau qu’aux paroles de Paul.

12 Comme le port n’était pas approprié pour hiverner, la plupart ont été d’avis de le quitter pour essayer d’atteindre Phénix, un port de Crète orienté vers le sud-ouest et le nord-ouest, afin d’y passer l’hiver (7 mois !) .13 Un léger vent du sud s’est mis à souffler et, se croyant maîtres de leur projet, ils ont levé l’ancre et ont longé de près l’île de Crète.14 Mais bientôt un vent violent, qu’on appelle Euraquilon, s’est déchaîné.15 Le bateau a été entraîné sans pouvoir résister au vent et nous nous sommes laissé emporter à la dérive.

Actes 27 : 20 Le soleil et les étoiles ne parurent pas pendant plusieurs jours, et la tempête était si forte que nous perdîmes enfin toute espérance de nous sauver. 21 On n’avait pas mangé depuis longtemps. Alors Paul, se tenant au milieu d’eux, leur dit : O hommes, il fallait m’écouter et ne pas partir de Crète, afin d’éviter ce péril et ce dommage. 22 Mais maintenant, je vous invite à prendre courage, car aucun de vous ne perdra la vie; seul le bateau sera perdu.23 En effet, un ange du Dieu auquel j’appartiens et que je sers m’est apparu cette nuit 24 et m’a dit: ‘Paul, n’aie pas peur! Il faut que tu comparaisses devant l’empereur, et voici que Dieu t’accorde la vie de tous ceux qui naviguent avec toi.’25 C’est pourquoi, mes amis, prenez courage! J’ai confiance en Dieu: tout se passera comme cela m’a été dit. 26 Nous devons toutefois échouer sur une île. »

33 Avant que le jour se lève, Paul a encouragé tout le monde à prendre de la nourriture en disant: « C’est aujourd’hui le quatorzième jour que vous êtes dans l’attente sans manger, sans rien prendre.

Détails sur le moyen de transport par mer de l’époque 

Pour douze oboles, soit trois jours du salaire d’un ouvrier, le passager est approvisionné en eau potable. A part cela, aucun confort, aucun aménagement spécifique.

Le passager ne connaît pas le moment de son embarquement, dépendant des conditions météorologiques et du chargement du navire. Il ne connait pas non plus son arrivée à destination. Il doit emporter sa nourriture, son brasero, sa vaisselle et sa natte. Il dort sur le pont quand il y en a un avec tous les autres passagers et, pour les gens plus fortunés, la dunette du capitaine peut être partagée.

Pour ces besoins, il faut trouver une place dans la cale, au milieu des marchandises, il faut supporter l’odeur de la Soutine : c’est là, en fond de la cale, que croupissent les eaux noires car on répugne à souiller la mer, royaume des monstres invisibles (Leviathan) et des dieux, en y rejetant des ordures et des excréments. Il est également interdit de se couper les ongles et les cheveux et de faire l’amour, par respect pour Vénus.

Par beau temps, loin des côtes et lassé de contempler l’horizon, on s’occupe à la pêche, en parties de cartes ou de dés. On chante en s’accompagnant d’instruments de musique. On s’ennuie dans le meilleur des cas car si le temps est mauvais le cauchemar commence. Il faut courir d’un bord à l’autre pour équilibrer le navire ou alors on se retrouve dans la cale puante à caler la cargaison. On peut aussi participer à la manœuvre sur les injonctions du capitaine. Dans les cas graves, on peut même être appelé à jeter par-dessus bord tout ce qui peut alléger l’embarcation : d’abord les objets personnels et, parfois, le passager lui-même. Les esclaves et les prisonniers sont les premiers à passer à l’eau.

Les passagers ne doivent pas montrer qu’ils ont des biens. Hérodote raconte que le poète Arion, embarqué sur un navire corinthien, avait demandé à chanter un dernier poème avant de disparaître dans les flots avec ses objets précieux pour ne pas être détroussé par l’équipage. Il sera sauvé par un dauphin. C’est parfois le mal de mer (insupportable pour certain) qui invite à plonger pour rejoindre la côte, comme le fit Sénèque, en petite tenue, après avoir prié le pilote de s’en approcher au plus près.

Comme les navires de guerre, les navires marchands ne naviguaient que de mi-mars à mi-septembre, sans instruments, en suivant les côtes, et les consignes nautiques de l’époque qui se transmettent oralement, de capitaine en capitaine. Le calcul astronomique, la science des vents et des courants s’associaient au courage et à l’impérieuse nécessité d’approvisionner l’Empire et les colonies.

Le transport de commerce qui s’effectuait depuis toujours le long des côtes avec des caboteurs portés autant par les vents que le courant ligure, connait un essor remarquable avec les nouveaux itinéraires de navigation en haute mer ouverts grâce à la découverte de l’étoile polaire par les Phéniciens.

Quand l’eau vient à manquer on utilise la recette suivante, transmise par Pline l’Ancien : « On étend autour du navire des toisons qui s’humectent en absorbant les exhalaisons de la mer, et l’eau que l’on en extirpe est douce

Dieu accomplit ses promesses (pas toujours comme on le pense !)

Actes 27 : 41  Mais ils rencontrèrent une langue de terre, où ils firent échouer le navire ; et la proue, s’étant engagée, resta immobile, tandis que la poupe se brisait par la violence des vagues. 42  Les soldats furent d’avis de tuer les prisonniers, de peur que quelqu’un d’eux ne s’échappât à la nage.43  Mais le centenier, qui voulait sauver Paul, les empêcha d’exécuter ce dessein. Il ordonna à ceux qui savaient nager de se jeter les premiers dans l’eau pour gagner la terre,44  et aux autres de se mettre sur des planches ou sur des débris du navire. Et ainsi tous parvinrent à terre sains et saufs. 28 :1   Après nous être sauvés, nous reconnûmes que l’île s’appelait Malte.2  Les barbares nous témoignèrent une bienveillance peu commune ; ils nous recueillirent tous auprès d’un grand feu, qu’ils avaient allumé parce que la pluie tombait et qu’il faisait grand froid.

? Dans nos épreuves et circonstances Dieu permet de rencontrer des personnes ‘ressources’

 

Le plan de Dieu n’est pas si simple à comprendre, c’est souvent la fin qui révèle le sens :

3  Paul ayant ramassé un tas de broussailles et l’ayant mis au feu, une vipère en sortit par l’effet de la chaleur et s’attacha à sa main.4  Quand les barbares virent l’animal suspendu à sa main, ils se dirent les uns aux autres : Assurément cet homme est un meurtrier (logique humaine qui veut expliquer !), puisque la Justice (divine)  n’a pas voulu le laisser vivre, après qu’il a été sauvé de la mer. 5  Paul secoua l’animal dans le feu, et ne ressentit aucun mal.

? Les épreuves avec des miracles peuvent êtres des clés d’évangélisation

 

On nous observe dans l’épreuve !

6  Ces gens s’attendaient à le voir enfler ou tomber mort subitement ; mais, après avoir longtemps attendu, voyant qu’il ne lui arrivait aucun mal, ils changèrent d’avis et dirent que c’était un dieu. 7  Il y avait, dans les environs, des terres appartenant au principal personnage de l’île, nommé Publius, qui nous reçut et nous logea pendant trois jours de la manière la plus amicale.8  Le père de Publius était alors au lit, malade de la fièvre et de la dysenterie ; Paul, s’étant rendu vers lui, pria, lui imposa les mains, et le guérit. 9  Là-dessus, vinrent les autres malades de l’île, et ils furent guéris.

? Je n’ai ni argent ni or mais ce que j’ai je te le donne !

 

Dieu pourvoit même quand on est dépouillé de tout

10  On nous rendit de grands honneurs, et, à notre départ, on nous fournit les choses dont nous avions besoin. 11 Après un séjour de trois mois, nous nous embarquâmes sur un navire d’Alexandrie, qui avait passé l’hiver dans l’île, et qui portait pour enseigne les Dioscures ( voir ci-dessous !).

 

L’humour caché de Dieu !

Symboles grecs de la figure indo-européenne des dieux jumeaux (Castor et Pollux) , les Dioscures sont le symbole des jeunes gens en âge de porter les armes. Ils apparaissent comme des sauveurs dans des situations désespérées et sont les protecteurs des marins1. Le feu de Saint-Elme est considéré comme leur manifestation physique ; ils sont associés à la constellation des Gémeaux.

, une autre méthode consiste à plonger dans la mer avec des filets des boules de cire creuses ou des récipients vides bouchés à la cire qui est poreuse, l’eau ainsi recueillie est douce : le fait est que sur terre l’eau de mer filtrée par l’argile devient douce ». On est loin de La Croisière s’amuse !
Article d’Emma Chazelle

Rome dépendait de son approvisionnement en blé de l’Egypte, le grenier à céréale de Rome. Il fallait toute une flottille de ces bateaux pour assurer la subsistance du million d’habitants que contenait Rome à l’époque. La Pax Romana assurait le transport des marchandises au sein de l’Empire par mer et par terre.

Un navire de l’époque

Au portant, ils filaient 4 nœuds (7,4 Km/h) , maximum 7 (13 Km/h) . D’Ostie à Alexandrie il fallait une à deux semaines à l’aller deux ou trois mois au retour. Il n’y avait qu’une rotation par saison, voir 2 dans les meilleurs cas.

Il avait une longueur de 55 mètres et une largeur de 14 mètres.

Actes 27 :37 = 276 passagers

 

Pierre-Alain Vauclair

Top