L'histoire

Le péché d'Adam et Eve

Description

Adam et Eve désobéissent à Dieu

Référence de l'histoire

Verset biblique

Seigneur Eternel, c’est toi qui as fait le ciel et la terre par ta grande puissance et ta force. Rien n'est trop difficile pour toi.

Objectifs (Valeurs de foi)

1
Les péchés (désobéissance à Dieu) nous séparent de Dieu. Mais Dieu, par Jésus, nous permet de retrouver une relation avec Lui
Montrez dans l'histoire
Montrez dans l'histoire, l'importance de la séparation que le péché engendre entre Dieu (qui est sans péché = Saint) et Adam et Eve dont le péché est entré dans leur coeur. La relation est brisée, malgré que Dieu les aime
Valeur pour moi aujourd'hui
Dieu me laisse libre de faire des choix. Qu'est-ce qui me pousse à pécher ? Et qui me pousse à faire la volonté de Dieu ? Et si je pèche, je peux le reconnaître et être pardonné grâce à Jésus et retrouve une relation avec Dieu
2
Dieu promet une nouvelle terre, un nouveau ciel, qui est le paradis, grâce à son fils Jésus
Montrez dans l'histoire
Montrez dans l'histoire, l'importance des dégâts causé par le péché. Il y eu un avant et un après ! Mais Dieu dans sa bonté a prévu une relation nouvelle et un monde sans péché auprès de Lui, grâce a la mort et résurrection de Jésus
Valeur pour moi aujourd'hui
Par Jésus, je peux vivre une relation avec Dieu restaurée et j'ai la perspective du paradis avec Lui, où la souffrance n'existera plus
3
Lorsque nous désobéissons à Dieu, il y a des conséquences sur nous et/ou sur les autres, malgré son pardon
Montrez dans l'histoire
Montrez dans l'histoire, l'importance des conséquences du péché. Lorsqu'Adam et Eve désobéissent, le monde et leur relation à Dieu ont changé (animaux qui se respectent, puis se mangent, dans le beau jardin, se met à pousser des mauvaises herbes et maladi
Valeur pour moi aujourd'hui
Il y a des conséquences sur moi, les autres et sur ma relation à Dieu, lorsque je pèche. Qu'est-ce que je veux privilégier ?
4
Avec chaque jour nouveau, j'ai la possibilité de choisir l'obéissance à Dieu et recommencer
Montrez dans l'histoire
Montrez dans l'histoire, l'importance de l'amour inconditionnel de Dieu. Adam et Eve ont désobéit à Dieu, mais il les aimait malgré tout
Valeur pour moi aujourd'hui
J'ai la possibilité de me repentir de mes péchés, et d'être pardonné grâce à Jésus et de choisir l'obéissance, de privilégier ma relation à Dieu qui m'aime
5
Obéir à Dieu, c'est ce qu'il y a de mieux à faire
Montrez dans l'histoire
Que Eve et Adam n'ont pas obéit à Dieu et il y a eu des conséquences négatives pour eux
Valeur pour moi aujourd'hui
Je veux croire qu'obéir à Dieu, est le mieux pour moi. Je veux refuser le contraire
6
Nous ne voulons pas laisser l'ennemi nous séduire, nous voulons suivre ce que Dieu dit
Montrez dans l'histoire
Qu'Adam et Eve ont été séduit par l'ennemi et fait le contraire de ce que Dieu demandait
Valeur pour moi aujourd'hui
L'ennemi veut m'entrainer à faire d'autres choses que ce que Dieu veut pour moi. Je veux renoncer à cela, et faire sa volonté

Questions

L'histoire se trouve dans l'ancien ou le nouveau testament ? Dans l'ancien testament
Dans quel livre se trouve l'histoire ? La Genèse
Quelle responsabilité avaient Adam dans le jardin d'Eden ? De donner un nom à tous les animaux de la terre
Est-ce qu'Adam et Eve avaient conscience de leur nudité avant de pécher ? Non
Avant de pécher, à qui Adam et Eve obéissaient-ils ? A Dieu
Quelle relation avaient Adam et Eve avec Dieu, avant de pécher ? Ils avaient une relation basée sur l'amour de Dieu, la confiance
Que furent les conséquences sur leur péché sur leur relation avec Dieu ? Ils ont eu conscience de leur nudité, ont eut peur de Dieu
Qui a tenté Eve ? Le serpent
Qui a pris la responsabilité de manger du fruit défendu ? Eve, puis Adam
En mangeant du fruit défendu, à qui Adam et Eve ont-ils désobéi ? A Dieu
Pourquoi Adam et Eve se sont cachés ? Ils ont eu peur, car ils ont désobéi à Dieu
Qui a été séparé du jardin d'Eden et pourquoi ? Adam et Eve, parce qu'ils ont mangé du fruit de l'arbre de la connaissance du bien et du mal
Quelles ont été les conséquences de leur péché ? La souffrance, le travail pénible, le mal
Est-ce que Dieu a rejeté Adam et Eve ? Non, Il les aima encore

Une pomme et plein de pépins…
… ou le péché d’Adam et Eve

Le péché originel est une doctrine de la théologie chrétienne qui décrit l'état dégradé de l'humanité depuis la chute, c'est-à-dire depuis la désobéissance d'Adam et Ève, premiers êtres humains créés par Dieu. Elle affirme que la nature humaine a été blessée, ou corrompue par cette faute originelle. Ainsi tout être humain se trouve en état de péché du seul fait qu’il est de la postérité d'Adam. On parle parfois de premier péché, péché d'Adam ou encore péché de nos premiers parents.

Cette doctrine, extrêmement débattue depuis ses origines, a toutefois pris des formes bien distinctes dans les différentes confessions chrétiennes. Le péché originel est décrit de différentes façons, depuis une simple déficience, ou une tendance au péché qui exclut toute idée de culpabilité a priori, jusqu'à l'idée d'une nature totalement corrompue  et d'une véritable culpabilité collective. Ces conceptions différentes du péché originel induisent des différences notables dans la théologie du salut, notamment en ce qui concerne le libre arbitre et la grâce. 

La doctrine du péché originel s'appuie sur plusieurs passages de l'Écriture : les épîtres de Paul aux Romains (5:12-21) et aux Corinthiens (1 Co 15:22), ainsi qu'un passage du Psaume 51. Le premier exposé systématique qui en a été proposé, et à partir de l'interprétation duquel les controverses se sont déployées, est celui d'Augustin d'Hiponne au IV siècle.

Les faits

Ils sont connus, c’est l’épisode au Jardin, au cours duquel le serpent suggéra à Eve de prendre du fruit défendu, en semant le doute quant aux paroles que Dieu avait prononcées. Eve mange du fruit défendu, certainement pas une pomme, et en donne à Adam. Ils découvrent alors qu’ils sont nus, et ont la conscience du bien et du mal.

L’interprétation de ce récit a donc suscité de nombreuses controverses théologiques. Saint Augustin voyait dans le symbole du fruit défendu, et en rapport avec leur découverte de la nudité, la découverte de la sexualité et du plaisir qui y est lié. Cette façon de voir les choses a largement influencé l’attitude de l’Eglise Chrétienne au cours des siècles.  La position officielle de l’Eglise Catholique encore aujourd’hui, est que la sexualité n’est destinée qu’à la reproduction. Le plaisir de la chair est demeuré un tabou dans la chrétienté, sans doute dû à cette interprétation.

En quoi consiste le péché originel ?

Bien sûr on dira d’emblée : c’est la désobéissance. Cependant on peut comprendre qu’avant d’aboutir à la désobéissance, il a été précédé par l’offre d’une oreille complaisante aux susurrations du serpent : « Dieu a- t-il réellement dit ? Mais non voyons, vous ne mourrez pas ! Vous vivrez au contraire ! »

Le doute s’installe, car lorsqu’on prête l’oreille aux objecteurs, automatiquement on s’ouvre au questionnement. Ce qui peut ne pas être mauvais en soi. Mais la naïveté d’Eve lui fait mettre en doute ce que Dieu avait pourtant dit. Sa faute est donc d’avoir écouté le discours du serpent et d’avoir mis en doute la parole de Dieu. La désobéissance n’est que la conséquence de ce qui précède.

Quelles en sont les conséquences ?

Tout d’abord,  une perte de l’innocence. L’humain sait faire dorénavant la différence entre le bien et le mal. Il lui est donné la possibilité de choisir. (Gen. 4 :7) Conscients de leur nudité, Adam et Eve se voient offrir par Dieu lui-même des habits de peau – signe de la compassion de Dieu envers le pécheur. En quelque sorte il « couvre » la conséquence du péché.

Puis, une perte du privilège d’habiter dans le jardin des délices. Leur lieu va devenir le jardin des supplices (travail pénible, naissances pénibles et douloureuses, etc.)

La perte de la proximité de Dieu est sans doute la conséquence la plus dramatique. Le mal choisi entraîne la séparation d’avec la sainteté de Dieu. Cette proximité ne pourra se réaliser sans payer le prix du sang versé, les sacrifices de substitution étant une forme de tolérance de Dieu envers son chef-d’œuvre, l’homme.

Où se situait Eden (délices en hébreu) ?

La plupart des commentateurs situent Éden au le Moyen- Orient, près de l'ancienne Mésopotamie, même si la Genèse ne livre que peu d'informations sur le jardin lui-même.

Éden abritait l'Arbre de vie, l’Arbre de la connaissance du bien et du mal, qui porte des fruits (des « pommes » selon la tradition orale, bien que le mot n'apparaisse à aucun endroit : poma signifie « fruits » de manière générale en latin), ainsi qu'une végétation luxuriante et variée, suffisante à pourvoir aux besoins d'Adam et Eve. Seuls les versets 2:10-14 semblent contenir un indice assez vague quant à la localisation :

Un fleuve sortait d'Éden pour arroser le jardin, et de là il se divisait en quatre bras. Le nom du premier est Pishôn; c'est celui qui entoure tout le pays de Havilah, où se trouve l'or. L'or de ce pays est pur; on y trouve aussi le bdellium et la pierre d'onyx. Le nom du second fleuve est Guihôn; c'est celui qui entoure tout le pays de Coush (Éthiopie ? Hindi Kush ?). Le nom du troisième est Hiddèkel; c'est celui qui coule à l'orient d'Ashour (l'Assyrie, donc le Tigre). Le quatrième fleuve, c'est l'Euphrate.

Selon le texte, le fleuve irrigue Éden, puis se divise en quatre branches : Hiddekel, Euphrate, Pishôn et Gihôn. Si les deux premiers correspondent de l'avis général au Tigre et à l'Euphrate, l'identité des deux autres rivières n'est pas résolue à ce jour. Le jardin d'Éden, réputé proche des sources du Tigre et de l'Euphrate, devrait se situer selon des narrateurs des origines établis dans la terre de Canaan (selon la tradition juive, Adam et Ève sont enterrés dans la caverne de Makhpela à Hébron) dans les monts Taurus, en Anatolie. 

Des photos prises par satellite de ces régions montrent deux lits de rivières asséchés, dont l'embouchure devait aboutir dans le golphe Persique, où se déversent également le Tigre et l'Euphrate. Toutefois, ce point ne serait que la « bouche » de ces rivières, non leur « source ».

J- F. Bussy.

 

 

Renseignements
Liens
Top