L'atelier (la leçon)

Résumé de l'activité

Les enfants vont jouer l'histoire entière ou différents épisodes

Déroulement de la leçon

1 Bienvenue

2 Jeu du verset biblique

3 Histoire

4 Questions

5 Partage et prière

6 L'atelier

7 Rangement avec les enfants

Explication de l'atelier

Enfants de 6 à 8 ans

Préparation du moniteur
  • Demandez à une autre personne que vous, de lire le texte, sauf ce qui est en caractère gras.
Mot du moniteur

Vous allez vivre ce que tous les personnages ont vécu dans l’histoire !

Explication

Optionnel
Au préalable, vous pouvez faire des exercices d’échauffement avec les enfants, sur les émotions et gestes : Tu te mets face au mur et lorsque je te dis : « Un deux, trois : tu es en colère, tu te retournes et tu montres que tu es en colère. Puis, tu te retournes face au mur et je te redis une autre émotion etc. ».

Liste des émotions et autres
Tu as peur, tu es malade, tu es fatigué, tu es triste, tu as mal, tu réfléchis, tu es content, tu es déçu, tu es surpris etc.

Positionnement
Les enfants sont debout en cercle et vous en faites partie.

Consignes aux enfants

  • Etends tes bras à l’horizontale, sur les deux côtés, tu ne dois pas toucher tes voisins.
  • Recule-toi un peu si nécessaire.
  • Baisse les bras.
  • Mime tous les gestes des personnages que je vais faire, pendant l’histoire.
  • Silence.
  • On commence.

Histoire

Naaman, chef de l'armée du roi de Syrie, était un homme puissant = montrez vos biceps, auprès de son seigneur et fort honoré, parce que l'Éternel avait délivré les Syriens grâce à lui = montrez le pouce en haut ; mais cet homme fort et vaillant = montrez vos biceps était lépreux = montrez votre dégoût d'avoir des problèmes de peau sur vous.

Un jour, quelques troupes étaient sorties de Syrie et avaient emmené prisonnière une petite fille du pays d'Israël = montrez une petite taille avec la main, et elle servait la femme de Naaman = faites une petite révérence avec un pied en arrière.

Naaman était très triste d'être lépreux = montrez de la tristesse. Plus les jours passaient, plus il déprimait = bras pendant le du corps, montrez de la tristesse...il voulait même en finir et même mourir à cause de cette maladie = tombez par terre.

La petite servante voyant ça, dit à sa maîtresse : Oh ! Si mon seigneur était devant le prophète qui est à Samarie ! = geste de pitié. Il le guérirait aussitôt de sa lèpre = bras qui s'ouvrent en l'air, de joie.

Naaman vint donc le rapporter à son seigneur = mettez-vous assit sur un genou et l'autre pied devant, et le roi de Syrie dit : Pars, va, = montrez une direction et j'enverrai une lettre au roi d'Israël = geste de donner une lettre. Et il partit, prenant dix talents d'argent = montrez 10 avec la main, six mille pièces d'or = montrez 6 avec les doigts et dix robes de rechange = montrez 10 avec les doigts.

Et il porta au roi d'Israël la lettre = tournez-vous vers la gauche et marchez en cercle complet. Cette lettre disait : Je t'envoie Naaman, mon serviteur, afin que tu le guérisses de sa lèpre = dites oui avec la tête.

Dès que le roi d'Israël eut lu la lettre, il déchira ses vêtements = faites semblant de déchirer vos vêtements et dit : Suis-je Dieu, = montrez une main au ciel pour faire mourir ou vivre ou guérir un homme de sa lèpre ? = main sur les hanches, un peu fâché.

Mais quand Élisée, l'homme de Dieu, apprit que le roi d'Israël avait déchiré ses vêtements = mettez la main derrière l'oreille, il envoya dire au roi : Pourquoi as-tu déchiré tes vêtements ? = mettez les mains sur les hanches. Bon, je vais venir et aller voir le prophète en Israël = tournez-vous vers la droite et marchez un cercle complet.

Naaman vint donc avec ses chevaux = faites le cri et les gestes de chevaux et son char, et s'arrêta à la porte de la maison d'Élisée = dites ohhhhh.

Et Élisée le prophète depuis sa maison, lui envoya un serviteur pour lui dire : montrez une direction, lave-toi sept fois au Jourdain = montrez le chiffre 7, et ta chair reviendra pure = caressez-vous le visage.

Mais Naaman se mit fort en colère = mettez-vous en colère, et s'en alla = tournez-vous vers la gauche et faites 10 pas de tour de cercle, en disant : Je me disais qu'Elisée sortirait vers moi = faites le geste de sortir et dire bonjour qu'il se tiendrait là = montrez avec l'index par terre et invoquerait le nom de l'Éternel son Dieu = joignez les mains ; je pensais qu'il étendrait sa main sur la plaie et me guérirait = geste d'étendre la main devant soi. Mais non rien de tout ça = index qui dit non, soyez en colère, même pas un bonjour à moi le chef de l'armée syrienne = tête qui dit non et mains sur les hanches.

Ainsi, il s'en allait tout en colère = soyez fâché.

Mais ses serviteurs s'approchèrent, et lui dirent = faites 3 pas en avant : chef, si le prophète t'avait dit quelque chose de difficile, ne l'aurais-tu pas fait ? = mains ouvertes devant soi en haussant les épaules. Alors, à plus forte raison, s'il te dit cette chose si simple tu pourrais le faire ? = mains ouvertes devant soi en haussant les épaules.

Alors, il plongea dans le Jourdain = plongez dans l'eau et ressortez de l'eau, une deuxième fois, plongez dans l'eau et ressortez de l'eau, une troisième fois = faites le geste d'aller dans l'eau et ressortez de l'eau, puis 4 =faites le geste d'aller dans l'eau et ressortez de l'eau, 5 = faites le geste d'aller dans l'eau et ressortez de l'eau, 6 fois = faites le geste d'aller dans l'eau et ressortez de l'eau. Puis la septième fois, comme la parole qu'Elisée le prophète avait dites ; lorsqu'il ressortit de l'eau, sa peau redevint semblable à la peau d'un petit enfant = caressez-vous le visage et les bras l'air étonné et heureux et il fut pur. Il était très heureux = montrez la joie !

Alors il retourna vers l'homme de Dieu Elisée = tournez-vous vers la gauche et marchez un cercle complet et vint se présenter devant lui, et dit : Voici, je reconnais qu'il n'y a point de Dieu dans toute la terre = index qui dit non, que celui d'Israël = montrez l'index vers le ciel. Et maintenant, veuille accepter ma reconnaissance de la part de ton serviteur = geste de pitié.

Mais Élisée répondit : L'Éternel, en la présence de qui je me tiens, est vivant ! Je n'en accepterai pas = index et tête qui disent non. Et Naaman le pressa d'accepter des cadeaux = geste de pitié mais il refusa = tête qui dit non.

Alors Naaman dit : Mais, je te prie, donne à ton serviteur, la charge de deux mulets ? = geste de pitié. Car ton serviteur ne fera plus d'holocauste ni de sacrifice à d'autres dieux qu'à l'Éternel = index qui dit non.

Et Élisée lui dit : Je n'accepterai rien = dites non de la tête. C'est l'Eternel qui a agi en ta faveur = montrez le ciel. Pars en paix ! = mains ouvertes devant soi. Ainsi, l'ayant quitté, Naaman partit = tournez-vous vers la gauche et marchez un demi- cercle.

Alors Guéhazi, le serviteur d'Élisée, l'homme de Dieu, dit en lui-même = grattez-vous la tête et faites semblant de réfléchir : Voici, mon maître n'a pas accepté ce qu'il avait apporté = index qui dit non. Et bien je courrai après lui et moi j'en recevrai quelque chose ! = frottez-vous les mains en souriant et dites oui avec la tête.

Guéhazi courut donc après Naaman = tournez-vous à droite et courrez un cercle complet. Et Naaman, voyant qu'il courait après lui, sauta de son char = faites semblant de sauter à sa rencontre et dit : Tout va-t-il bien ? = Haussement d'épaule l'air étonné.

Et il répondit : Tout va bien = faites oui avec la tête.

Mon maître = pouce derrière l'épaule m'envoie te dire : Voici, il arrive à l'instant, de la montagne d'Éphraïm, deux jeunes gens d'entre les fils des prophètes ; donne-leur, je te prie, un talent d'argent c'est à dire : soixante-dix kilos d'argent = montrez la grosseur d'un gros sac d'argent très lourd et deux robes de rechange = montrez un habit sur soi.

Et Naaman dit : Veuille accepter deux talents = montrez le chiffre 2. Il mit dans deux sacs de soixante-dix kilos d'argent ! ainsi que deux robes de rechange ; et il les donna à deux de ses serviteurs = geste de donner qui les portèrent devant Guéhazi = marchez un demi-cercle, avec soixante-dix kilos d'argent sur le dos !

Guéhazi les prit et les serra contre lui dans la maison = serrez l'argent contre soi ; puis il renvoya les serviteurs = faites le geste de partir avec la main et ils partirent.

Alors Guéhazi se présenta devant son maître Élisée = tournez sur la gauche et marchez un demi-cercle.

Elisée lui dit : D'où viens-tu, Guéhazi ? = main sur les hanches. Et il lui répondit : Ton serviteur n'est allé ni d'un côté = main à droite ni de l'autre = mains à gauche.

Mais Élisée lui dit : Tu n'es pas allé là où cet homme a quitté son char pour venir à ta rencontre ? = mains sur les hanches, l'air soupçonneux. Est-ce le temps de prendre de l'argent, de prendre des vêtements, puis des oliviers et des vignes, des brebis et des boeufs, des serviteurs et des servantes ? = Mains sur les hanches penchez en avant, en colère.

Guhéazi tu m'as menti = index qui bouge devant soi (comme lors de reproche). La lèpre de Naaman s'attachera à toi = montrez devant soi avec l'index et à ta descendance aujourd'hui et à jamais ! = main qui part à l'horizontale depuis le ventre jusque vers le côté. Et il sortit de devant Élisée, blanc de lèpre comme la neige = mains sur les joues les sourcils froncés.

Enfants de 9 à 12 ans

Préparation du moniteur
  • Faire de grosses pierres (12 pour Elie et 10 pour les prophètes de Baal), en papier d'emballage brun que vous allez chiffonner.
  • Préparez des accessoires (costumes, objets etc.)
Mot du moniteur

Vous allez vivre l'histoire d'Elie avec des costumes !

Explication

Consignes

  • Choisis ton rôle.
  • Mets un costume correspondant à ton personnage.

Des enfants peu à l'aise avec le théâtre, peuvent dessiner des décors sur une grande fresque.

Donnez le script au plus grand, afin qu'ils lisent eux-mêmes leur personnage avec du ton et des gestes.

Scénario 

Narrateur : Naaman, le général en chef de l'armée du roi de Syrie, était un homme que son maître, le roi de Syrie, tenait en haute estime et auquel il accordait toute sa faveur, car, par lui, l'Eternel avait accordé la victoire aux Syriens. Hélas, ce valeureux guerrier était ... lépreux. Il avait une maladie de peau incurable !
Or, au cours d'une incursion dans le territoire d'Israël, des troupes de syriens avaient enlevé une petite fille. A présent, elle était au service de la femme de Naaman. 

Naaman : Oh ! Je n'en peux plus de cette lèpre ! C'est un cauchemar ! Je veux mourir ! Il pleure...

La petite servante : (à sa maitresse) Si seulement mon maître Naaman pouvait aller auprès du prophète qui habite à Samarie ! Cet homme le guérirait de sa lèpre ! 

Narrateur : Naaman écouta sa femme qui lui avait répété les mots de la petits fille et demanda la permission à son chef de s'y rendre.

Le roi de Syrie : C'est bien ! Rends-toi là-bas. Je vais te donner une lettre pour le roi d'Israël.

Narrateur : Ainsi Naaman se mit en route, emportant trois cent cinquante kilos d'argent, soixante-dix kilos d'or et dix vêtements de rechange. 

Naaman : Voici une lettre du roi de Syrie, mon chef.  

Le roi d'Israël : (lit la lettre tout haut) Tu recevras ce message par l'intermédiaire de mon général Naaman que je t'envoie pour que tu le guérisses de sa lèpre. Mais ça ne va pas non ! Il déchira ses vêtements ! Est-ce que je suis Dieu, moi ? Est-ce que je suis le maître de la vie et de la mort pour que cet homme me demande de guérir quelqu'un de sa lèpre ? Reconnaissez donc et voyez qu'il me cherche des histoires ce roi de Syrie !

Narrateur : Elisée le sut.

Elisée : Pourquoi as-tu déchiré tes vêtements ? Que cet homme vienne donc me voir et il saura qu'il y a un prophète en Israël. 

Narrateur : Naaman vint donc avec ses chevaux et son char, et attendit devant la porte de la maison d'Elisée. 

Celui-ci envoya un serviteur lui parler.

Le serviteur d'Elisée : Va te laver sept fois dans le Jourdain et tu seras complètement purifié. 

Naaman : En colère ! Je pensais qu'Elisée viendrait-en personne vers moi, qu'il se tiendrait là pour invoquer l'Eternel, son Dieu, puis qu'il passerait sa main sur la partie malade de mon corps et me guérirait de ma lèpre. Mais il n'a envoyé que son serviteur, moi le chef de l'armée Syrienne ! C'est déshonorant ! Pfff, Je suis sûr que les fleuves de Damas, l'Amana et le Parpar, valent mieux que le Jourdain et tous les cours d'eau d'Israël ? Je m'y baignerai là-bas, pour être purifié ?

Narrateur : Il fit donc demi-tour et partit furieux. 

Les serviteurs de Naaman : Maître, si ce prophète t'avait ordonné quelque chose de difficile, ne l'aurais-tu pas fait ?

Naaman : Il réfléchit et acquiesce.

Les serviteurs de Naaman : A plus forte raison tu devrais faire ce qu'il t'a dit ! S'il ne te demande que de te laver dans l'eau, pour être purifié, alors vas-y !

Naaman : Oui, vous avez raison, d'accord.

Narrateur : Alors Naaman descendit dans le Jourdain et s'y trempa une fois, rien ne se passa, une deuxième fois, une troisième fois...

Naaman :  Mais c'est froid ! Brrr ! Et vous voyez ma lèpre est toujours là... je sais pas si je vais continuer ! 

Les serviteurs de Naaman : Allez, du courage, ce n'est pas si difficile, encore 4 fois !

Narrateur : Il replongea jusqu'à 6 fois, puis la septième fois, en sortant de l'eau...

Naaman : Eh ! Ma...ma peau ! Et les gars regardez ma peau ! Mais ce n'est pas vrai ! Je suis guéri ! Je suis guéri ! Ma peau est toute douce ! Ma lèpre est partie ! Youhou ! C'est trop génial ! C'est un vrai miracle !

Narrateur : Naaman fou de joie, retourna vers l'homme de Dieu Elisée, avec toute son escorte.

Naaman : Voici : je reconnais qu'il n'y a pas d'autre Dieu sur toute la terre que celui d'Israël. Ton Dieu est fantastique ! il a fait un incroyable miracle ! Maintenant, accepte, je te prie, un cadeau de la part de ton serviteur. 

Elisée : Aussi vrai que l'Eternel que je sers est vivant, je n'accepterai rien.

Naaman : Mais voyons, ce n'est pas grand-chose. Tiens donc prends le talent et les robes !

Elisée : Non. C'est Dieu qui a fait ce miracle. C'est lui que tu dois remercier !   

Naaman : Puisque tu refuses tout cadeau, permets-moi du moins d'emporter un peu de terre de ton pays, juste autant que deux mulets peuvent en porter, car dorénavant ton serviteur ne veut plus offrir ni holocauste ni sacrifice de communion à d'autre dieu qu'à l'Eternel. 
Seulement, que l'Eternel veuille me pardonner la chose suivante : quand mon souverain se rend dans le temple du dieu Rimmôn pour s'y prosterner, je dois me prosterner en même temps que lui car il s'appuie sur mon bras. Que l'Eternel pardonne donc ce geste à ton serviteur. 

Elisée : Va en paix ! Tu es pardonné. 

Naaman : Merci Elisée.

Narrateur : Et Naaman le quitta. 

Guéhazi : (il réfléchit tout haut) Mon maître a voulu ménager ce Syrien, Naaman, et il l'a laissé partir sans accepter aucun des cadeaux qu'il lui avait apportés. Aussi vrai que l'Eternel est vivant, je vais le rattraper et j'obtiendrai certainement quelque chose de lui. 

Narrateur : Guéhazi se mit donc à courir après Naaman. Lorsque celui-ci le vit accourir, il sauta de son char et se précipita vers lui.

Naaman : Est-ce que tout va bien ? 

Guéhazi : Oui, tout va bien. Mon maître m'envoie te dire, qu'il vient à l'instant de recevoir chez moi, deux jeunes disciples des prophètes de la région montagneuse d'Ephraïm. Peux-tu me donner pour eux trente-cinq kilos d'argent, je te prie, et deux vêtements de rechange ? » 

Naaman : Fais-moi le plaisir d'accepter soixante-dix kilos d'argent ! Il insista auprès de lui pour qu'il accepte et mit lui-même les soixante-dix kilos d'argent dans deux sacs qu'il lui donna. Il lui remit aussi deux vêtements que deux de ses serviteurs portèrent devant Guéhazi. 

Narrateur : Guéhazi fut arrivé à la colline située près de l'entrée de la ville.

Guéhazi : C'est bon déposez-moi cet argent ici. Merci bien. Et maintenant vous pouvez partir ! 

Narrateur : Un peu plus tard, Guéhazi alla lui-même se présenter à son maître Elisée.

Elisée : D'où viens-tu, Guéhazi ?

Guéhazi : Ton serviteur n'est allé nulle part. 

Elisée : Crois-tu que mon esprit n'était pas avec toi lorsque Naaman a sauté de son char pour aller à ta rencontre ?

Guéhazi : Mais je heu...

Elisée : Penses-tu qu'avoir beaucoup d'argent pour acheter des vêtements, puis des oliviers, des terrains avec des vignes, des animaux, comme des brebis et des boeufs, avoir des serviteurs et des servantes sont les choses les plus important de ta vie ? C'est à Dieu qu'appartient toute chose, il a fait un miracle, c'est Dieu qui doit en être remercié, pas nous !

Puisque tu as menti et fait le contraire que ce que j'ai dit, la lèpre de Naaman s'attachera à toi et à tes descendants pour toujours !

Narrateur :  Alors Guéhazi quitta Elisée. Quand il sortit de sa maison, il fût atteint d'une lèpre blanche comme la neige ! Il fût alors riche mais... malade !
Chez Naaman, tout a changé ! La tristesse s'est changée en joie ! La petite servante avait raison, Elisée était bien un homme de Dieu qui a permis que Naaman soit guérit et reconnaisse la toute puissance de Dieu dans sa vie ! Tout le monde a retrouvé le sourire !

 

Karine Delapierre

Matériel
  • Personnages 
  • Narrateur
  • Naaman
  • Le roi de Syrie
  • La femme de Naaman
  • La petite servante
  • Le roi d'Israël
  • Le serviteur d'Elisée
  • Elisée
  • Les serviteurs de Guéhazi
  • Guéhazi
  • Accessoires
  • Sacs de pièces
  • Riches habits
Valeur de foi (objectif)
A choisir en cliquant sur imprimer
Prière créative
A choisir en cliquant sur imprimer
Jeux du verset biblique
A choisir en cliquant sur imprimer
Liens
---
Photos
---
Top